Ceux qui ont mal écouté les cours de chimie au collège et au lycée se demandent déjà ce qui est acide et ce qui est basique. Eh bien tout a a un rapport avec le pH(notion introduite en 1909 par le chimiste danois Sörensen), ce truc dont se vantent les shampooings quand ils affichent un pH neutre (ce qui est d'après l'une des profs que j'ai eues un abus de langage : on dit d'un produit qu'il est neutre ou que son pH est égal à 7).

"Pour les scientifiques, pH veut dire puissance d’hydrogène ou exposant d’hydrogène. Ce qui, en clair, signifie mesure de la concentration en ions d’hydrogène d’une solution et réactions biochimiques qu’ils entraînent au sein de cette solution en sachant que celle-ci peut, selon qu’elle gagne ou perd des ions d’hydrogène, évoluer vers l’acidité ou, au contraire, l’alcalinité." (définition trouvée ici )

Le pH, c'est le potentiel Hydrogène. Quand il a un pH compris entre O et 7, un produit est acide. A 7, il est neutre. Quand le pH est entre 7 et 14, un produit est basique[on peut aussi dire "alcalin"] (ça c'était la définition d'après mes souvenirs de chimie). Le pH de nos sécrétions et liquides corporels (sang, sueur, larmes) reste stable et généralement basique (pour le sang, aux alentours de 7,4 par exemple). Histoire de faire un honteux amalgame que je ne pense pas : le sperme est basique car les hommes sont basiques, voire primaires et primates, alors que les sécrétions vaginales sont acides car nous sommes des roses, jolies mais avec des épines, donc piquantes. Sur le principe de la sauce aigre-douce... l'acide nous correspond mieux. Oui c'est n'importe quoi ce que je raconte, vous n'êtes pas tous les mêmes. Bref.

Notre corps tend à l'acidification car il produit des déchets acides, éliminés principalement par les reins et les poumons. Si ces organes fonctionnent mal ou qu'il y a un excès de facteurs acidifiants, pour faire face à l'excès de production acide, les déchets sont rejetés dans le tissu conjonctif. C'est ainsi que commence l'acidification (acidose) qui peut mener à l'acidose tissulaire chronique. Principaux symptômes de l'acidification : fatigue, dérèglement de l'appétit avec crises boulimiques, mauvaise haleine, hyperacidité gastrique, constipation, migraines, transpiration excessive, prédisposition aux refroidissements, cervicalgies, sinusite/bronchite chronique, leucorrhée (pertes blanches).
De plus l'acidose chronique accélère le processus du vieillissement et favorise l'apparition de nombreuses maladies : affections
rénales et vésiculaires, mycoses, aphtes, eczémas, rhumatismes, diabète, maladie de Basedow (hyperfonctionnement de la glande thyroïde) et même cancer.
Mais pourquoi ? C'est vraiment trop pinjuste... Tu la veux la raison ? *sort le fouet* (oh pardon... vous n'avez rien vu)
C'est bien connu, l'acide ça ronge... Et dans les parages de ces excès d'acide il y a les os, les articulations, les muscles... D'où les risques d'arthroses dégénératives par exemple.
De plus l’organisme va puiser régulièrement dans les réserves alcalines intestinales             pour neutraliser l'acidité, ce qui finit par déstabiliser             la flore microbienne saprophyte intestinale qui sert à neutraliser les germes pathogènes. Donc quand le pH intestinal (alcalin) s'acidifie, les germes             pathogènes débarquent avec leurs potes ("c'est la fête, ils ont engagé des nuls pour le service de sécu, des saprophytes endormis...") avec l’apparition des maladies précitées en guest-stars.

On peut déceler l'acidose par la mesure du pH de l'urine (pH normal de l'urine : compris entre 5,8 et 6,2) à l'aide d'un papier réactif (tiens, ça me rappelle des cours de chimie).  Il faudra effectuer cette mesure 3 fois par jour pendant une à 2 semaines. Si le résultat est très souvent ou toujours inférieur à 7, c'est qu'il y a trop de déchets métaboliques acides dans l'organisme.

L'alimentation a son importance dans la prévention et la correction de l'acidose car la combustion des aliments peut engendrer des déchets acides ou alcalins. Il y a des aliments "acidifiants", des aliments "alcalinisants" ou "basiques".

aliments acidifiants :
les pires :
le sucre blanc et les sucreries, la farine blanche et ses dérivés, les graisses durcies, les huiles raffinées, les bouillons gras, l’alcool, le café et le thé.
les "moins pires" :
les viandes, les poissons, le blanc d’œuf, les fromages forts et fermentés et les légumineuses.
vinaigres - le jus de citron - le jus d’orange -           le jus de groseilles - les acides organiques : acide urique, acide lactique - le yoghourt - les tomates - le miel.

L’intestin utilise ses bicarbonates et ses hydrogénates pour neutraliser l’acidité naturelle des aliments. Evidemment, les vilaines pubs qui incitent à manger plein de yaourts oublient de préciser les possibles effets de leur acidité. :s

aliments alcalinisants ou générateurs de bases :
les légumes crus ou cuits (sauf l’artichaut, l’asperge, le choux de Bruxelles, l’oignon et le poireau), les jus et les bouillons de légumes, les fruits et leur jus (sauf l’abricot, l’orange et le pruneau), les fruits secs, les herbes aromatiques, la pomme de terre, l’amande, l’avocat, l’olive, le soja et ses dérivés, le lait, le yogourt, le fromage blanc, le jaune d’œuf et les tisanes.

les bicarbonates : de calcium, de potassium, de sodium (le bicarbonate de sodium/soude est facile à trouver) - les hydroxydes : de magnésium, d’aluminium - les pommes de terre - le lait - les eaux minérales alcalines.

Un régime trop riche en végétaux sera alcalinisant (Ce qui concerne principalement les végétaliens a priori).

aliments en équilibre acido-basique : céréales complètes, pains et pâtes complets, germe de blé, fruits oléagineux (excepté l’arachide), huiles pressées à froid et crues, beurre frais et cru, sucre intégral.

Une bonne hygiène de vie aide également à conserver un bon équilibre acido-basique : les reins et les poumons étant chargés d'éliminer les déchets, ce qui les stimule est toujours bon à prendre :) . Par exemple l'exercice physique, surtout au grand air, qui accélère le rythme respiratoire et stimule la diurèse (allez hop hop hop, un petit footing pour compenser le café et les tartines de pain blanc)
Ce qui accentue l'acidose : toute maladie chronique ou infectieuse, le stress intense, la prise de médicaments antalgiques (aspirine et dérivés, anti-inflammatoires non stéroïdiens, morphine).

Si la modification des habitudes alimentaires et l'amélioration de l'hygiène de vie ne suffisent pas, on peut avoir recours à des compléments alcalinisants (mélanges de sels basiques en poudre, comprimés ou capsules, disponibles en pharmacie).

 

 

sources : http://www.lecommuniquesante.ch/FR/Article.asp?id=3

http://www.francaise-bio-energetique.com/equilibre-acido-basique.htm
http://www.dietobio.com/dossiers/fr/pH/index.html

autres sites sur l'équilibre acide-base :
http://www.nephrohus.org/uz/article.php3?id_article=30 (il faut avoir de très bonnes notions de chimie pour s'y retrouver)

A méditer : Catherine Kousmine disait toujours : "Dis-moi ce que tu manges, je te dirai de quoi tu souffres !"

Ajout du 14/09/08 : si vous voulez connaître le pH des aliments (et d'autres choses : vitamines, indice glycémique...), vous pouvez faire une recherche ici