29 janvier 2009

neige...

Ecrit début janvier, à l'époque où il y avait de la neige en région parisienne. A moi la nuit mais pas la terreJe ne vous confierai pas mon cielJe laisse l'innocence aux frontièresde la route et du RERIl pleut, il neige, il gèle. ------ La neige dégrise la villeRobe blanche au parfum d'enfanceTout semble lisse! Et clair! Et pur!Mais la ville y passe et reprend ses droitsLa ville n'a pas peur du froid! Le bitume vaincra. Demi-lune orange et demi-lune blanche :la ville lutte à coup de lumièresCa manque de vert, de jeu, et d'air. ... [Lire la suite]
Posté par meosine à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2009

Vie -d- étoile

(écrit le 28 novembre 2008, lors d'un ennuyeux trajet de train pour rentrer du travail à chez moi...) L'étoile sur le verre voyait. L'étoile de plastique sur la vitre. Il y avait les gens dans la rue, les gens dans leur voiture, les gens dans le train. Ils ignoraient qu'elle les regardait. Elle avait fait un long voyage, depuis sa fabrication en Chine. Vu plusieurs mains, et des visages ternes, de ceux qui ne font que des gestes monotones, pendant que l'heure tourne, et qu'ils ne sont personne. Car oui : seule cette étoile sait qui... [Lire la suite]
Posté par meosine à 01:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2008

Le feu

Attrapez la flamme au vol, qui crépite et qui décolle. Le feu, ça colle. Ca colle si vous envoyez vos mots, vos rêves, vos boussoles, qu'ils vont du ciel au sol, et que le feu les attrape!Ca colle ce qui fond. Flammes, chaleur, fusion.Prenez garde aux émotions, brûlent les bois de vos pensées. Le feu, ça s'étend. Au-delà du bois, au-delà de l'âtre, du foyer, du briquet. Prenez garde aux extensions! C'en est fatigant à la fin, ce feu qui brûle, colle, s'étend... Ne pourrait-il rester éteint ? Je crains que non : s'il n'était... [Lire la suite]
Posté par meosine à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2008

Thé sûr de l'or tôt graphe ?

"Je peux antrer ? Thé à poil ?" J'essuie, ah! la porte de la Q.Izine. L'île me répond qu'est vêtu, que je peux, par Tager, ce môme han! où seul danse à bulle, l'île boit thé. Jeu, pas ce, la tète, pare l'an colle ure. L'île est  temps tenu, en tenue d'intérieur. La taie hier pausée sur la table, en pli de té. Jappe roche une tasse et m'enserre. Des ormes haies, nous sommes deux (un + un!) haut tour de cette table, à laie sait coup lait le lit quid en nos gorges. Mais soudain l'antre s'écroule, le thé tombe... [Lire la suite]
Posté par meosine à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 décembre 2007

Tribulations de Mémoire Vive

[cet été, quand je m'ennuyais au travail, j'ai pris des mots au hasard dans le journal, les ai notés et ai rédigé une histoire, en attendant que les 200 photocopies en cours se fassent... Et j'ai terminé ce soir] L'Ordinateur dicte ses règles, et nul ne le trouve abusif. La désobéissance est prévue, mais ne survient pas souvent.Il y a bien longtemps, sa renaissance était annuelle, à tous les printemps il se réveillait dans de nouveaux circuits, avec l'envie de redécouvrir le monde et de le faire à son image. Ce qui s'annonçait... [Lire la suite]
Posté par meosine à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2007

Flots berceront mots

Quelqu'un est arrivé ici en cherchant des idées de mots dans une bouteille à la mer... Je pense que ça peut m'inspirer. Ca aura pourtant mis du temps à m'inspirer... J'ai commencé à écrire le 17 septembre, puis oublié, puis finalement décidé de terminer pour valider... Et nous sommes le 22 novembre... J'éloigne des rives les rêves qui font malMots dans la bouteille et bouteille à la merSi vous trouvez ces mots, glissés au fil de l'eauEt si vous lisez cette encre sur le papier,Sachez que mes fantômes ne vous nuiront pas [Envie... [Lire la suite]
Posté par meosine à 22:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 février 2007

Cravate et cravache vs homme

(écrit pour un jeu d'écriture sur parano.be à la base, mais autant vous en faire profiter aussi)(thème du jeu d'écriture : semaine fétichiste, dress code, dressez votre code) J'enlève la cravate et libère le col. J'amène la cravache pour libérer les cris. La cravate tombe au sol. Enervée, je la fouette. Cette cravate ne peut-elle donc apprendre à tenir debout ? L'homme sans cravate s'impatiente. Je le fouette aussi, il crie, il est content. Retour à la cravate. Je la redresse, l'appuie contre une chaise. Elle tombe... [Lire la suite]
Posté par meosine à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2007

arc-en-ciel en mots

Entrons en Infra-rouge. Vite le Rouge devient sang, amour, roses, vif, colère. Alors paraît l'orange, teinté de joie solaire, orange douce, orange amère, sourire et enfance au bord de l'imprudence, aux saveurs d'impatience. Le jaune pousse et demande un morceau de regard. Il grandit, apprend les mots des sentiments, les maux des sens et les envies d'indécence. Au fil de l'apprentissage le vert avance, avec un goût de déjà, un goût de pas encore, peut-être, un jour, bientôt. Le bleu entre alors en scène : "il suffit de faire... [Lire la suite]
Posté par meosine à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2007

Bouteille et pelote veulent être libres!

Une bouteille d'eau s'ennuyait, seule sur une table, obligée de se complaindre de sa platitude. Jadis elle était célèbre, les invités ne voulaient qu'elle, elle était l'écrin d'une eau délicate... Mais la fête finit par s'achever, les invités repus saluèrent les maîtres de maison, mais personne ne songea à remercier la pauvre bouteille d'eau, seule et reseule, presque vide mais s'emplissant de larmes de vide, de manque de contact... Les maîtres de maison partirent se coucher et la laissèrent sur la table. Toute la nuit elle pleura en... [Lire la suite]
Posté par meosine à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2006

Etats d'âme-bribus

Ecrit le 13/10/2005 M’a-t-on suivi ? J’espère que non. Je ne suis pas d’ici. Vous ne me voyez pas, je me demande bien pourquoi les bus s’arrêtent devant moi, et ce que vous faites là, sous moi, à attendre. Ne vous rendez-vous point compte de l’indécence de la situation ? Non, vous ne vous en apercevrez pas, puisque vous ne me voyez pas. Je suis un abri bus incognito, posé ici par hasard, puisqu’il faut bien être quelque part, plutôt que brisé en morceaux.   Ah ça y est, je sais ! C’est le banc qui vous invite à ... [Lire la suite]
Posté par meosine à 01:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]